juillet 17, 2024
tramadol

Côte d’Ivoire / Tramadol : Le dangereux jeu de la manipulation et de la concurrence déloyale autour des boissons énergisantes

La récente suspension de l’importation des boissons énergisantes alcoolisées en Côte d’Ivoire a attiré l’attention sur une situation alarmante. Cette mesure, destinée à réguler un problème de santé publique croissant, semble pointer du doigt les mauvais coupables. En réalité, le véritable fléau persiste, car le tramadol continue d’être commercialisé de manière officielle, malgré les ravages qu’il cause.

Le tramadol est devenu un fléau en Côte d’Ivoire, provoquant une dépendance rampante parmi la population, en particulier les jeunes. Pourtant, le médicament continue d’être disponible sur le marché, même s’il est utilisé de manière abusive, mettant en danger la santé publique et la stabilité de la société ivoirienne.

Cependant, la suspension de l’importation des boissons énergisantes alcoolisées semble mettre l’accent sur les mauvais coupables. Ces boissons, bien que problématiques en termes de santé, sont loin d’être le cœur du problème. Le vrai défi réside dans la disponibilité incontrôlée du tramadol, qui continue d’être commercialisé de manière légale. La suspension de ces boissons ne s’attaque pas à la source du problème.

Il est impératif de mettre en place une réglementation stricte pour contrôler la vente et l’utilisation du tramadol. Les autorités doivent travailler en étroite collaboration avec les acteurs de la santé et de l’industrie pharmaceutique pour garantir que le médicament ne soit pas utilisé de manière abusive. Des contrôles plus rigoureux, la sensibilisation à ses dangers et des sanctions pour les contrevenants sont nécessaires pour endiguer cette crise.

Au lieu de se focaliser sur les boissons énergisantes alcoolisées, il est essentiel de réorienter l’attention vers le véritable fléau, à savoir le tramadol. La lutte contre cette épidémie exige des efforts concertés pour réglementer le médicament et pour informer la population sur les risques associés à son usage abusif. Il est temps d’agir de manière responsable pour protéger la santé publique et l’avenir des jeunes Ivoiriens.

La suspension de l’importation des boissons énergisantes alcoolisées en Côte d’Ivoire, bien qu’elle vise à résoudre un problème lié au tramadol, pointe du doigt les mauvais coupables. Le véritable fléau réside dans la disponibilité incontrôlée du tramadol, qui continue d’être commercialisé de manière officielle, malgré les ravages qu’il provoque. Il est urgent de réglementer le tramadol de manière plus stricte, de sensibiliser la population à ses dangers et de prendre des mesures pour protéger la santé publique. Seule une action responsable permettra de préserver l’avenir des jeunes générations en Côte d’Ivoire.

Jules KONAN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *