juin 15, 2024
cotonnière

Burkina Faso : Bilan et perspectives de la production cotonnière

Au cours du Conseil des ministres de la semaine présidé par le Capitaine Ibrahim Traoré, Président de la Transition et Chef de l’État, plusieurs dossiers cruciaux pour le développement de la nation ont été examinés et des rapports significatifs ont été adoptés. Parmi ces dossiers, le bilan de la campagne cotonnière 2023-2024 et les prévisions pour la campagne 2024-2025 ont été des points majeurs de discussion, selon Jean Emmanuel Ouédraogo, ministre d’État et Porte-parole du gouvernement.

Le ministre du Commerce, Serge Gnaniodem Poda, a présenté les résultats de la campagne cotonnière 2023-2024, marquée par une production de 383 144 tonnes de coton graine. Ce chiffre représente une amélioration notable des rendements à l’hectare, avec une augmentation d’environ 25 %, atteignant ainsi 827 kilogrammes par hectare pour le coton graine conventionnel.

« Cette hausse des rendements est le fruit d’efforts soutenus et de l’engagement des producteurs, » a précisé le ministre Poda, soulignant l’importance des pratiques agricoles améliorées et des conditions climatiques favorables qui ont contribué à cette performance.

Pour la prochaine campagne cotonnière 2024-2025, les prévisions sont optimistes. Le gouvernement anticipe une production de 595 000 tonnes de coton graine. Pour atteindre cet objectif ambitieux du Chef de l’Etat Ibrahim Traoré, une subvention de 10 milliards de FCFA a été allouée par le gouvernement pour aider les producteurs à l’achat des intrants nécessaires.

Cette aide financière vise à encourager l’augmentation de la production et à soutenir les producteurs face aux défis économiques et climatiques. Le ministre Poda a exprimé sa confiance dans la capacité des agriculteurs à relever le défi et à atteindre les objectifs fixés grâce à ce soutien.

La croissance de la production cotonnière est cruciale pour l’économie burkinabè, car le coton représente une part significative des exportations du pays. Toutefois, les défis ne manquent pas, notamment en termes de gestion des ressources et de résilience face aux aléas climatiques.

Le gouvernement reste déterminé à mettre en place des politiques et des mesures de soutien pour garantir la pérennité et la compétitivité du secteur cotonnier. La subvention pour l’achat des intrants en est un exemple concret, visant à alléger les coûts pour les producteurs et à favoriser une production accrue et de meilleure qualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *